XYLELLA FASTIDIOSA, ce nom (barbare) ne vous dit peut-être rien, mais cela peut être le pire cauchemar des fleuristes, péniéristes ou arboriculteurs. La Xylella fastidiosa est une bactérie qui s'attaque à un très large spectre de végétaux : vignes, oliviers, arbres fruitiers , agrumes, caféiers, chênes, luzerne, etc. Elle est transmise et véhiculée par des insectes vecteurs.  La gravité de ses impacts varie selon la souche, le végétal et l’écosystème concerné.

Détectée en France en 2015, la bactérie Xylella fastidiosa est présente dans le Sud-Est de la France (PACA, Corse), ainsi que dans les pays du Sud de l’Europe (Espagne, Italie, Portugal). Elle avait peu progressé en France depuis 2016, grâce aux actions de surveillance et de lutte menées par les services régionaux du ministère de l’agriculture. De nouvelles détections ont cependant été mises en évidence en Occitanie, notamment dans l'Aude avec un premier foyer découvert en septembre 2020 à Trèbes.

 

Après Trèbes, de nouveaux foyers détectés

​​

 

En septembre dernier, un pépinériste de Trèbes avaient été touché par cette bactérie, sur des plants de Lavande qui avaient été détruits. Depuis, une surveillance renforcée a été mise en place pour freiner la propagation. A ce jour, plus de 1200 prélèvements de végétaux ont été realisés et de nouvelles contaminations ont été mises en évidence faisant apparaître au total 23 zones infectées , constituant deux zones délimitées, sur 5 communes de l’Aude : Capendu, Comigne, Fontiès d’Aude, Montirat et Trèbes.

L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)  a confirmé l’unique présence de la sous-espèce multiplex. Parmi les végétaux trouvés contaminés, des plants de lavandes, un phlomis, un frêne, un platane, un amandier (hors zone de production) et deux parcelles de production de luzerne.

Des mesures d'arrachages et de destruction ont immédiatement été mises en oeuvree au sein de la zone infectée initiale et vont se poursuivre dans les zones délimitées, conformément à la réglementation européenne.


De nouveaux périmètres de surveillance et de lutte seront prochainement délimités par arrêté préfectoral, en lien avec les nouveaux foyers. 


Il est rappelé qu’il est interdit de transporter des végétaux sensibles à la sous espèce multiplex depuis ces zones délimitées vers des zones indemnes.