Le syndicat Alliance s'indigne des conditions de confinement et du départ précipité.

 

Drôle de semaine pour la CRS de 27 de Toulouse

La compagnie républicaine de sécurité basée dans la Ville rose a été confinée à Marseille, après qu'un fonctionnaire ait été testé positif au Coronavirus.

 

Des conditions d'hygiène inquiétantes

Un confinement qui s'est déroulé dans "des conditions d'hygiène déplorables", s'indigne un syndicat "on a été obligé de dormir dans les véhicules, par terre et dans des couloirs de sanitaires et toillettes communs, j'ai moi-même dormi sur une table deux nuits d'affilée " raconte Pierre-Yves Mouquet un CRS du syndicat Alliance police nationale. La compagnie, composée d'une soixantaine d'hommes, a été mise au courant du test positif dans la journée de mercredi, jour de son départ vers les Bouches-du-Rhône, "on a rapidement compris que plusieurs personnes pouvaient être cas contact". Ils ont refusé de dormir dans le cantonnement où ils devraient partager des douches et des toilettes communes.

Jusqu'à présent une note interne de la médecine de prévention recommandait d'attribuer un toilette et une douche par personnel, compte tenu de la situation sanitaire "seulement cette note a été annulée il y a peu, par la direction centrale des CRS, c'est impensable". Tout le monde est à nouveau dans des sanitaires communs.

 

Voyage retour de tous les dangers

La situation évoluait ce samedi en fin de journée "la compagnie a été testée, hormis une personne, tout le monde est négatif".

La médecine de prévention a stoppé le confinement préventif et fait rentrer les fonctionnaires sur leur résidence à Toulouse "400 km dans des conditions de fatigue que  je vous laisse imaginer, c'est complètement inconscient" explique Pierre-Yves Mouquet qui a tenté de faire persuader sa hiérarchie ; "qu'on puisse au moins reposer une nuit ! S'il y a un incident sur ce trajet de 400 km, la responsabilité de l'administration sera clairement engagée" nous indiquait-il quelques minutes avant le départ.