Le dernier bilan du Covid 19 dans les Pyrénées-Orientales fait état de 92 hospitalisations et 7 décès. Les gitans touchés de plein fouet.

 

Le dernier bilan du Covid 19 dans les Pyrénées Orientales fait état de 92 hospitalisations et 7 décès. Parmi eux, cinq seraient issus de la communauté gitane de Perpignan, durement frappée par l’épidémie.

C'est un fait, de nombreuses familles gitanes des quartiers Saint-Jacques, du Vernet et de la Cité Bellus à Perpignan, font face à plusieurs décès et plus d’une dizaine d’hospitalisations. ​Mercredi dernier, une jeune habitante du quartier Saint-Jacques décédait après avoir été testée positive au Covid-19. Elle avait également d'importants soucis de santé. Ce dimanche, c’est un pasteur de 54 ans du Haut-Vernet qui a succombé des suites du virus. Des drames qui ne manquent pas d'affecter tout cette communauté chrétienne évangéliste catalane.

"On se fait du soucis. J'ai ma soeur qui vient de rentrer aux urgences avec mon beau-frère. Je suis inquiet car on n'a pas de nouvelles. Et nous sommes de nature très fragile, moralement nous sommes fragiles. Là, nous sommes dans la souffrance", confie Nick Gimenez, l'un des représentants de la communauté gitane de Perpignan

Nick Gimenez, représentant de la communauté gitane


Un cumul de facteurs à risques

Si Nick Gimenez parle de fragilité morale, elle est aussi physique selon lui.  C’est ce qu’affirme également Cathy Oustrière, elle est présidente de l’association Fil à Métisser qui tout au long de l'année, mène des actions auprès de cette partie de la population perpignanaise. "On a une communauté qui multiplie les facteurs de risques parce qu'ils ont des pathologies chroniques. Il y en a beaucoup qui sont dialisés. On a des obésités qui touchent une personne sur deux", explique Cathy Oustrière.

Cathy Oustrière, présidente de l'association Fil à Métisser

​​

Un confinement d'abord difficile

Diabète, obésité, problèmes respiratoires et cardiaques, la communauté gitane paraît plus vulnérable au Covid-19. Autre facteur aggravant selon la représentante de l'association Fil à Métisser, "leurs codes culturels et modes de vie différents". "C'est difficile pour nous parce qu'on vit dehors. On vit mal aussi. Pas tous, mais il y en a qui sont 5 ou 6 dans des studios", ajoute Nick Gimenez. Pour ces raisons, les premiers jours de confinement ont eu du mal à être respectés. La police a même dû intervenir vendredi dernier dans les rues du quartier Saint-Jacques et de la Cité Bellus pour diffuser des messages de prévention à l'aide de mégaphones.

Des actions pour les aider

Mais la situation tend à s'améliorer selon Nick Gimenez. "Au départ, ils ne comprenaient pas trop, mais maintenant ils ont compris que c'était grave", assure le représentant de la communauté. Et si la population semble avoir pris conscience de l'ampleur de la crise sanitaire actuelle, ce n'est pas sans l'aide de l'association Fil à Métisser. Réunissant infirmières et psychologues, elle a pour objectif d'assurer un soutien social et psychologique à la communauté. En vue de l'épidémie, elle a créé un service spécial d'aide téléphonique depuis samedi dernier.  

"C'est-à-dire une hotline, où les membres de la communauté peuvent appeler de 10 heures à 22 heures, animée par trois infirrmières pour rappeler tous les gestes barrières. Et par rapport aux signes qu'ils présentent, on apporte des réponses adaptées et souvent on oriente" indique Cathy Oustrière.


Depuis l'installation de ce numéro spécifique, une cinquantaine de cas ont pu être traités par l'association. Des affiches et vidéos de prévention ont également été diffusées. En plus de cela, trois psychologues répondent aux nombreuses craintes de la communauté gitane, par téléphone et même sur les réseaux sociaux, avec des comptes spécifiques sur Facebook et Snapchat notamment.

Enfin, les nouveaux centres de consultation médicale Covid-19 installés à Perpignan devraient aussi rassurer les plus inquiets. Deux d'entre eux se trouvent à proximité des quartiers gitans de la ville :

Le centre de consultation du secteur Saint-Jacques, ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h30, se situe dans les locaux du Collège Jean Moulin : 41 place Jean Moulin, 66000 Perpignan.

Le centre de consultation du secteur Bas-Vernet, ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h30, se situe dans les locaux de la Maison sociale de proximité du Département : 164 avenue du Maréchal Joffre, 66000 Perpignan. 

La préfecture rappelle que "les personnes présentant les premiers symptômes et résidant dans l’agglomération de Perpignan sont invitées à appeler leur médecin traitant ou le numéro vert 0 800 08 13 66 (joignable 7 jours sur 7 de 8h à 20h) afin d’être mises en relation, depuis leur domicile, avec des professionnels de santé qui pourront leur indiquer si elles doivent dans un premier temps rester à leur domicile ou se rendre dans un des centres de consultation médicale COVID-19 de Perpignan. Pour les cas les plus urgents, le 15 reste le numéro à contacter."


Voir aussi