​​

Un couvre-feu instauré à Toulouse

​​​

La rumeur courait depuis plusieurs jours. C'est désormais officiel : Un couvre-feu sera instauré à Toulouse et les 37 communes de sa métropole pour lutter contre la propagation du Coronavirus. Emmanuel Macron l'a annoncé ce mercredi soir à la télévision. D'autres métropoles sont concernées par cette mesure radicale :  Paris et l'Ile de France, Grenoble, Lyon, Saint-Etienne, Lille, Aix-Marseille, Rouen et Montpellier.

Le couvre-feu sera effectif de 21H à 6h du matin, dès ce samedi 16 octobre, minuit, et jusqu'au 1er décembre.

"Pas d'interdiction de déplacement, mais une stricte limitation"

 

Le chef de l'Etat l'a précisé ; il s'agit d'une stricte limitation, mais pas d'une interdiction totale de déplacement. Il sera possible de sortir lors de cette tranche horaire, pour les personnes qui travaillent tard ou de nuit, pour des urgences sanitaires... Une attestation en ce sens sera mise en place, comme lors du confinement. Les transports en commun seront d'ailleurs toujours en activité.

En revanche, les soirées festives, entre amis, au restaurant, ne pourront pas durer au delà de 21H. Même chose pour les sorties au cinéma ou théâtre. Emmanuel Macron a rappelé que l'amende pour le non respect de ces règles est de 135€, 1500€ en cas de récidive.

 

Il n'y aura pas d'interdiction de déplacement entre les régions. Il sera donc possible de partir en vacances pour les congés de Toussaint qui débutent ce vendredi.

 Aides renforcées

 

Dans ces villes concernées par le couvre-feu, les dispositifs d'aide déjà mis en place pour les secteurs les plus impactés (hôtellerie, restauration, événementiel, sport, culture...) seront renforcés. Le chômage partiel, pris en charge à 100% par le Gouvernement sera réactivé pour ces domaines d'activité;

Le chef de l'état appelle à porter le masque en famille et limiter les réunions à 6 personnes au domicile familial. Il est recommandé aussi 2 à 3 jours de télétravail par semaine.

Les élus locaux pourront prendre des mesures supplémentaires. Emmanuel Macron a surtout appelé au bon sens, demandant aux Français à respecter les gestes barrières et la distanciation et à "réduire les contacts privés qui sont les plus dangereux"