Il l'accuse d'avoir avoué, dans le huis-clos de la maison d'arrêt de Seysses, le meurtre de sa femme. Lui demandant même d'aller déterrer le corps avec l'aide de Séverine, sa nouvelle compagne. Marc Aurèle, le voyou corse, a-t-il reçu Cédric Jubillar en confession, avant de tout balancer aux gendarmes ? 

 

La confrontation ce jeudi entre le plaquiste tarnais et l'ancien bandit "une caricature" selon les avocats, n'aurait pas donné "grand-chose" ont expliqué les conseils Me Franck, Martin et Alary. "Chacun est resté sur ses positions", a indiqué Jean-Baptiste Alary, à l'issue de quatre heures de confrontation devant les juges d'instruction. Avec cet ex-détenu qui n'était pas assisté d'un avocat "on a eu affaire à un taulard" qui "prétend avoir été le receleur de confidences qui sont analysées par l'accusation comme des aveux de Cédric Jubillar" a expliqué Me Alexandre Martin mais "aucune de ses confidences ne correspond à une réalité". Cédric Jubillar était en prison "harcelé de questions pour savoir si c'est lui qui a tué Delphine", et "à un moment donné, de guerre lasse, il a dit oui c'est moi, elle est enterrée à la ferme qui a brûlé..." Alexandre Martin s'attaquait aussi à la crédibilité du témoin, sous-entendant qu'il a négocié sa libération, "cet homme est arrêté après un mandat d'arrêt au Portugal, il arrive à Toulouse au mois d'août, une audience est fixée en septembre et la justice veut le garder en prison jusqu'en novembre. Retour à la maison d'arrêt il dit avoir des informations sur l'affaire et il est libéré" ; "si l'accusation en est à faire reposer un dossier sur un homme qui a eu la bienvaillance d'un tribunal qui a changé d'avis en 5 jours, c'est que l'accusation n'a rien dans ce dossier, ça suffit !"  

 

Les révélations fracassantes de Marc Aurèle ont conduit au placement en garde à vue de la nouvelle compagne de Cédric Jubillar pour recel de cadavre mi décembre et aux vastes recherches de janvier-février. Les déclarations de cet homme, qui a occupé une cellule à côté de celle de Cédric Jubillar, ont abouti à des recherches d'ampleur pour tenter de trouver le corps de l'infirmière disparue avaient été entreprises en vain début 2022. Cédric Jubillar mis en examen et incarcéré depuis le 18 juin dernier clame toujours son innocence. Toutes ses demandes de mise en liberté ont été refusées, les juges arguant d'indices graves et concordants justifiant sa détention. Les avocats du mis en cause plaideront la remise en liberté en juin, devant le juge des libertés.

 


Voir aussi

Tarn

01/07/2022 11:14

Guerric Jehanno sera à nouveau jugé pour le meutre de la jeune Tarnaise

...

Tarn

30/06/2022 11:33

Lors du dernier Conseil municipal de Castres (Tarn), les élus ont...

Tarn

30/06/2022 11:30

Après plusieurs semaines de baisses du nombre de cas, l'épidémie de...