Les grandes métropoles régionales n'ont pas perdu leur attrait.

 

La crise sanitaire de la Covid-19 entraîne un choc inédit sur l’économie Française et c'est dans ce contexte que le 4ème Baromètre Arthur Loyd de l’attractivité des métropoles françaises et du dynamisme des territoires a été publié. 

Il "tord le cou aux idées reçues et révèle une fracture territoriale qui se creuse". La France a enregistré "638 000 destructions nettes d’emplois dans le secteur privé au 1er semestre 2020". L’étude Arthur Loyd "fait ressortir une carte teintée de zones d’ombres" : les départements ruraux ont moins bien résisté à la crise. Au-delà des indicateurs économiques, plus de la moitié de ces territoires "sont victimes d’une véritable hémorragie démographique et peinent à attirer, voire retenir leurs habitants."

 

 Les métropoles encaissent mieux

Seules les grandes et très grandes villes "tirent leur épingle du jeu". C’est notamment le cas du Bas-Rhin, du Rhône, du Nord, du Loire-Atlantique, et même de la Haute-Garonne, avec Toulouse, "qui avec -2,2%, enregistre l’un des plus faibles reculs de l’emploi de France en dépit de la crise importante que traverse le secteur de l’aéronautique".


 
Le palmarès 2020

 
 
TOP 3 DES TRÈS GRANDES MÉTROPOLES
 
1.     Lyon 

2.     Toulouse
"Toulouse avait de sérieuses prétentions pour souffler la 1ère place à la Ville des Lumières, mais elle conserve une très honorable 2nde place. Elle pâtit principalement d’un marché immobilier tertiaire faisant grise mine. Ne faisant pas défaut à sa réputation, elle conserve son hégémonie sur les indicateurs économiques et ceux  du dynamisme démographique et de la présence de talents : nulle autre métropole de sa catégorie ne peut se prévaloir d’une part aussi élevée de diplômés de l’enseignement supérieur parmi sa population. Bien classée également pour la thématique de Connectivité, elle accuse toutefois le coup pour les infrastructures de transport national. En effet, la crise sanitaire a fortement réduit les trajets aériens qui étaient un atout majeur dans l’accessibilité de la métropole, elle se retrouve donc défavorisée par rapport aux métropoles bénéficiant un accès LGV."  
 

3.     Bordeaux 

 
TOP 3 DES GRANDES MÉTROPOLES
 
1.     Rennes
 
2.     Nantes

3.     Montpellier

 
TOP 3 DES MÉTROPOLES INTERMÉDIAIRES 
 
1.     Tours

2.     Orléans

3.     Brest

 
TOP 3  DES AGGLOMÉRATIONS DE TAILLE MOYENNE
 
1.     Valence

2.     Niort

3.     Angoulême