L’agence de communication AttrapTemps travaille sur des solutions pour aider les entreprises à franchir le pas du numérique.


Avec le confinement, commerçants, artisans et chefs d’entreprises sont de plus en plus nombreux à se lancer dans l’aventure digital. Avec le confinement, le concept de la boutique en ligne et du click and collect est en plein boom (la ville de Perpignan vient de lancer justement sa propre boutique en ligne). Mais la crise pousse tout simplement à vouloir valoriser son travail via le web. Nous avons donc pu interroger les responsables d’une agence de communication basée à Perpignan, qui officie par ailleurs dans toute la région.

"Traiter du store to web"

Si beaucoup parlent d’"années gagnées" dans le passage au numérique grâce au confinement, il s’agit tout simplement de nouvelles données à prendre en compte pour les mois qui viennent, selon Cyrille Sabatier, gérant et fondateur d’AttrapTemps (agence de communication perpignanaise).  "Depuis quelques années, on fait beaucoup de "web to store", c’est-à-dire amener les clients du web vers les magasins. Et là pour le déconfinement, il va falloir traiter du "store to web", au cas où il y ait un nouveau confinement", explique-t-il.

 

Cyrille Sabatier, gérant et fondateur d’AttrapTemps


Si l’agence AttrapTemps a créé une plateforme de vente en ligne pour le premier confinement, elle s’est attelée cette fois-ci à trouver des solutions d’accompagnement aux entreprises qui veulent créer, développer ou valoriser leur site web. "L’idée c’est de lancer d’ici de la fin de l’année des packs de communication à destination de ces PME, commerçants et artisans pour pouvoir avoir les essentiels et les bases de la communication", précise Jérémy Mas, chef de projet pour AttrapTemps. Cela comprend un logo, un site internet, une amorce de référencement… "tout ce qui va leur permettre d’activer digitalement leur communication".
 

Jérémy Mas, chef de projet pour AttrapTemps


"Il faut s’y mettre"

Difficile de trouver aujourd’hui une collectivité qui ne tente pas de soutenir ses commerçants via une plateforme numérique et donc une visibilité accrue de leur entreprise sur le web. La crise de la Covid apparait donc comme un lanceur d’alerte pour le petit commerce. "Les prospectivistes disent tous que dans les années à venir, on ne sait pas ce qu’il va se passer, mais par contre les crises vont s’accumuler. Donc il faut apprendre à nager, parce qu’on va se pendre encore quelques tsunamis".

Quel conseil faut-il donc donner à un entrepreneur qui peine à franchir le pas du numérique ? "On leur conseille de s’y mettre", répond Jérémy Mas. "C’est en forgeant que l’on devient forgeron. C’est du temps, ce sont des besoins qui sont à recréer, c’est du lien qui est à recréer avec ses consommateurs, tant sur le digital que sur le physique. Mais on est là pour ça." Attraptemps propose d’ailleurs un article sur son site web qui reprend quelques conseils pour se lancer.

Mais attention, s’il "faut s’y mettre", pas question de le faire tête baissée, selon Cyrille Sabatier. "Il ne faut pas avoir peur de se lancer seul. Par contre, ça demande un travail de recherches et de renseignements. N’allez pas le dimanche soir sur Google pour dire "comment faire ma com", parce que là, vous allez vous retrouver dans des pièges qui ne vont pas forcément vous aider." Ce spécialiste vous conseillera également de ne "jamais acheter d’outils", mais de privilégier la réflexion autour de concepts et de stratégies.
 

Cyrille Sabatier
Jérémy Mas