Axel Kahn, président de la ligue contre le cancer, était l'invité de Wilfried ce jeudi.

 

Il y a 400 000 nouveaux cas de cancer chaque année en France. Depuis le début de la crise sanitaire, les malades voient leur traitement ou/et leur opération retardé. “Il y a eu généralement une adaptation des traitements avec un double but. D'une part ne pas faire perdre de chance aux malades dans le traitement, mais également ne pas les exposer à une infection par le covid-19. Je ne crois pas à une incidence importante sur le pronostic, sur les chances des traitements d'être efficace, en revanche les retards au diagnostic sont plus préoccupants ” explique le Professeur Axel Kahn, président de la ligue contre le cancer. 

 

Des patients plus inquiets  

Il propose un plan d’accompagnement pour ces patients plus fragiles et plus inquiets “c'est la triple peine pour les malades. Elles étaient inquiètes comme vous et moi. Et risquent plus de l'attraper du fait qu'elles étaient obligées de se rendre dans des centres de soin. Enfin elles craignaient d'être délaissées en raison des reports et des annulations d'opération.”  

 

Les dons en baisse  

Le président de la ligue tient à rappeler que les dons pour la lutte contre le cancer étaient en forte baisse depuis le début de la crise sanitaire. “C'est une catastrophe. Il y a pour l'instant un déficit de minimum 10 millions d'euros. Alors que nous avons été vraiment à l'avant-garde. Là on est en grande difficulté. “ 

 

Son interview en intégralité.