A Moulis, en Ariège, le maire Aimé Galey ne se représentera pas, laissant un grand vide derrière lui...

 

Le cas ne serait pas unique en France. A Moulis, petite commune ariégeoise aux 700 habitants, le maire Aimé Galey, deux mandats à son actif, a décidé de ne pas rempiler.

Jusque-là, rien d’anormal. Sauf qu'aucune liste ne s'est constituée dans ce village du Couserans. Les élections municipales se déroulent en mars.

Pourtant Moulis se porte bien : une carrière au marbre reconnu mondialement qui orne les plus beaux monuments, des finances saines et une station écologique expérimentale, propriété du CNRS.

L’édile a tout tenté, il a questionné ses conseillers municipaux pour dégoter la relève, en vain. Personne n’est candidat à sa succession ; "personne ne s'est manifesté même parmi les conseillers municipaux, je regrette de ne pas avoir de rélève"

 

 

Si personne n'est candidat, la commune sera automatiquement mise sous tutelle de la préfecture.

 

Jacques Déjean, avec Thomas Naudy.

le maire Aimé Galey.

le maire Aimé Galey.