Que s’est il passé à Beauzelle près de Toulouse le 19 avril 2018 ?

 

Que s’est-il passé à Beauzelle près de Toulouse le 19 avril 2018 ? La cour d’assises de la Haute-Garonne va tenter de comprendre ce qu’il est arrivé à Alicia Camilleri. 

Ce jour-là, l’adolescente de 14 ans se rend avec un ami chez un troisième personnage, Alexandre Bresse, avec qui elle se retrouve seule. Le cuisinier a alors 19 ans. La jeune fille sera découverte dans un coffre de lit, un câble lui enserrant le cou. Elle portait des traces de relations sexuelles, une épaule luxée ; des pétéchies, petites taches de couleur rouge-violet sur la peau : stigmates de contrainte et de strangulation. Elle décèdera des suites de ses blessures.

 

Alexandre Bresse que tout accuse

Alexandre Bresse, âgé aujourd’hui de 22 ans, nie l’avoir tué, il affirme que les relations sexuelles étaient consenties. La mort serait la conséquence d’un jeu sexuel. Il est poursuivi pour meurtre, viol sur mineure et agression sexuelle sur mineure.

Car une jeune femme, Roxane, a en effet pointé après la mort d’Alicia Alexandre Bresse comme étant l’auteur d’une agression sexuelle sur sa personne. Elle est partie civile. Les experts décrivent le jeune homme comme « ayant de problème de nature sexuelle depuis longtemps », ses "amis" comme amateur de blagues graveleuses, « tactile avec toutes les filles, il touchait les fesses » aussi.

Dans le box, le grand échalas en détention préventive depuis les faits a l'allure fruste. Concernant l’agression présumée sur Roxane, il indique ne se souvenir de rien « j’avais consommé des drogues et de l’alcool », il affirme avoir été « mis sous pression par les gendarmes » qui auraient « arrangé l’histoire à leur sauce ». « Qu'il nous explique » lance Me Christophe Bories avocat de la mère d'Alicia qui ne croit pas à la théorie du complot « cette vérité : il faudra qu'elle sorte ». Le conseil de l'accusé Me Muriel Amar-Touboul reconnaît  « un dossier difficile par sa charge émotionnelle énorme » ; elle admet le passé judiciaire de son client tout en réfutant son intention de violer et tuer. L'avocate s'est attachée ce lundi à démonter le récit de Roxane, décisif pour l'accusation.

 

Le père d’Alicia témoigne 

 

En fin de journée, le père et la belle-mère d’Alicia principale victime, racontaient leur calvaire devant la cour, ce funeste jour d’avril 2018. L’accord du papa à sa fille pour sortir. Alicia qui ne rentre pas. Enfin, l’accusé qui s’enfuit à l’arrivée des gendarmes, « j’ai aperçu la jambe dans le canapé, croyant que c’était une poupée gonflable. Mais c’était ma fille. » Alicia une ado « respectueuse, curieuse et épanouie ». « Depuis ma vie a basculé » concluait ce père digne, qui réussira à retenir ses larmes. Verdict attendu mercredi, l’accusé risque la réclusion criminelle à perpétuité.