L’énigme Delphine Jubillar continue. 

Bientôt un mois.

En fin de semaine, cela fera un mois que cette jeune maman de 33 ans a disparu de Cagnac-les-Mines sans laisser de traces. 

Une amie proche de Delphine, qui a préféré rester anonyme, a accepté de nous parler en exclusivité sur 100%.

Elle a voulu parler de son état d’esprit, partagé par plusieurs amis de l'infirmière disparue.

Elle connaît Delphine depuis le collège et les deux femmes sont toujours amies. Toutes les deux font le même métier: infirmière de nuit, elles ont d’ailleurs longtemps travaillé ensemble. 

Cela fait presque un mois qu’elle se pose des questions sans avoir de réponse et parfois l’émotion la submerge.

Son témoignage  illustre parfaitement l’angoisse des proches de Delphine.

"on sait pas. Après voilà est-ce qu’elle en a eu marre"... "si c'est quelqu'un qui l'a enlevée et qu'elle est vivante il faut qu'il la relâche, il faut qu'il nous la rende"..." J'sais pas, qu'il nous la laisse devant un hôpital qu'il fasse quelque chose".

Pour ses enfants

"Et si la pauvre elle a été enlevée et qu'elle est décédée, qu'on la retrouve, qu'on la retrouve pour ses enfants" déclare la jeune femme, dont la voix a été modifiée pour garantir son anonymat:

 

 

 

 

 

 

Dans l’espoir que Delphine soit partie de son plein gré, ses amis espèrent que la médiatisation de l'affaire ne l’empêche pas de donner signe de vie.

Ils pensent que Delphine pourrait avoir peur et ne pas savoir comment faire pour revenir.

Une de ses amies l'appelle à donner un signe de vie et lui demande de revenir: "quelle revienne, elle est toute excusée... ses enfants l'attendent"... "si elle voit les médias, elle sait pas comment faire, peut-être qu'elle a honte peut-être qu'elle a peur"... "après, si elle est partie de son plein gré, ça doit trotter dans la tête comment revenir":

 

La psychose

De nombreuses questions se posent mais pour l’instant aucune réponse dans cette affaire qui a créé une véritable psychose auprès des amis et de la famille du couple Jubillar, également dans toute la commune de Cagnac-les-Mines.

Tout le monde s’inquiète qu’une ou plusieurs personne aient pu enlever Delphine et qu’elles puissent encore sévir. 

D'ailleurs cette amie de Delphine qui témoigne, vit cette angoisse toutes les nuits. 

"Ça s’est passé à Cagnac les mines, vous imaginez, ça créé une psychose on se pose des questions sur tout le monde. Ça pose plein de questions ….moi je sais que je sors plus la nuit, Je ferme mes portes... dès que je rentre dans la voiture je regarde derrière moi, je fais attention c’est terrible":

 

 

 

Recherches toujours en cours

Les investigations pour retrouver Delphine  Jubillar se poursuivent. Ce Mardi 12 janvier, un hélicoptère de la gendarmerie a été vu, survolant les vallons entre Albi et Cagnac-les-Mines. De gros myens sont mobilisés. Quatre perquisitions ont déjà été réalisées au domicile du couple Jubillar.