C’est une affaire qui suscite l’émotion dans tout le Tarn depuis 2013.

Le procès de Guerric Jehanno s'est ouvert ce jeudi matin devant la cour d'assises d'Albi.

Le jeune homme est accusé de l’enlèvement, de la séquestration, du viol et du meurtre d'Amandine Estrabaud, disparue en Juin 2013 à Roquecourbe.

Roquecourbe, petit village où vivent les familles de la victime et de l’accusé, les deux jeunes gens se connaissaient.

Ce matin, dans le box des accusés, Guerric Jehanno était attentif lors de la présentation des faits par le Président de la cour.

Le mystère sera-t-il levé?

Pour les proches d’Amandine Estrabaud, ce procès c'est l’espoir de retrouver le corps et de pouvoir enfin faire le deuil.

Me Pierre Debuisson, qui représente la famille d’Amandine, parle de l'accusé comme d'un homme "manipulateur". Il le questionnera à ce sujet, "car au-delà de l'enjeu judiciaire nous attendons légitimement (...) cet enjeu de vérité. Qu'il dise où il a enterré Amandine":

 

Mais pour la défense de Guerric Jehanno, il n’existe aucune preuve de la culpabilité de l'accusé.

Pour Me Simon Cohen, rien ne permet de dire que l’accusé est impliqué dans la disparition de la jeune femme. "On n'a pas la preuve qu'un crime a été commis", "on n'a pas trouvé le moindre indice"

Il va plaider la relaxe:

 

 

Sur la photo: la famille d'Amandine Estrabaud au premier rang.

 

 

Le verdict est attendu la semaine prochaine, le 14 octobre.