CLAUDE LELOUCH

CLAUDE LELOUCH

UNE PAGE SE TOURNE...

Le cinéaste a cédé 87% du fonds de commerce de son mythique Club 13 près de l'Arc de Triomphe à l'entrepreneur Benjamin Patou. Il reste propriétaire des murs, conserve ses bureaux et sa chère salle de montage. À la rentrée, les deux salles de cinémas au sous-sol seront privatisées mais le restaurant et le bar seront ouverts au grand public.

C'est une page de l'histoire du septième art à Paris qui se tourne. Dans la capitale, il y a les cinémas fréquentés par tous et les salles privées. Celles de Claude Lelouch nichées au sous-sol du mythique Club 13 installé avenue Hoche était une institution. La grande salle aux fauteuils XXL couplée à une autre petite salle de projection, à une salle de montage, à un restaurant, à un bar et aux bureaux du cinéaste a vu passer les plus grands artistes du cinéma mondial, de Charlie Chaplin à Orson Welles, de Kubrick à Coppola en passant par Jacques Tati et Martin Scorsese.

Le réalisateur reste propriétaire des murs mais a cédé 87% du fonds de commerce et du bail à Benjamin Patou, l'un des rois de la nuit parisienne, fondateur du Moma Group. Cette société qui appartient pour moitié au groupe Barrière est spécialisée dans l'événementiel. Implanté sur Paris, le Moma group gère aussi bien des boîtes de nuit que des restaurants.

Patou a récemment ouvert Rural, le nouveau lieu parisien de Marc Veyrat et obtenu la gestion du Noto, le restaurant au premier étage de la Salle Pleyel. Le groupe gère aussi l'événementiel de la Cité du Cinéma de Luc Besson et a racheté en 2014 à un entrepreneur indépendant, le cinéma Élysées Biarritz. Comme le club 13, l'Élysées Biarritz est un cinéma privé qui sert à des avant-premières, à des projections, conférences et même des dîners dans les 450 mètres carrés sous le cinéma.

Au Club 13, des travaux de rénovation et d'embellissement sont prévus cet été.

SOURCE - LE FIGARO