Une octogénaire déchiquette un million d'euros avant de mourir

Une octogénaire déchiquette un million d'euros avant de mourir

Placée en maison de retraite quelques jours auparavant, une Autrichienne a méthodiquement découpé sa fortune en mille morceaux dans le but probable de punir ses héritiers.

Lorsque les employés de la maison de retraite ont pénétré dans sa chambre, ils n'en sont pas revenus. Une retraitée autrichienne a méthodiquement déchiqueté pour près de 950.000 euros de billets avant de mourir, a révélé jeudi la presse locale. Les coupures de 500 et 100 euros étaient découpés «très proprement» et étaient disposées en tas sur le lit, raconte le Kurier. La vieille dame de 85 ans a également détruit ses livrets d'épargne, dont le montant s'élevait à six chiffres. L'octogénaire de Basse-Autriche n'a laissé aucun mot expliquant son geste. Était-elle saine d'esprit? Était-elle en conflit avec ses héritiers et voulait-elle les priver d'un héritage mirobolant? Toutes les hypothèses sont envisagées par la police.

La vengeance présumée de la vieille dame envers ses héritiers risque cependant de faire long feu: la Banque nationale autrichienne se dit prête à remplacer les billets détruits. Normalement, les coupures endommagées sont échangées si 50 % de la surface est encore intacte mais, si l'acte est intentionnel, cette disposition du règlement ne s'applique pas. Toutefois, cette affaire est si inattendue que la Banque nationale autrichienne pourrait passer outre du moment que l'origine de la fortune de la retraitée, qui avait été admise en maison de retraite seulement cinq jours avant sa mort, est traçable. «Si nous ne donnions pas cet argent, nous punirions les mauvaises personnes», a reconnu un porte-parole de l'établissement.

Le parquet n'a pas ouvert d'enquête, les faits ne relevant pas d'une infraction pénale. Désormais, un notaire s'occupe de gérer et répartir l'héritage entre ses différents ayant droits.