Des crocodiles, des piranhas et des tigres vont garder une prison

Des crocodiles, des piranhas et des tigres vont garder une prison

Il persiste et signe. Budi Waseso, le chef de l’agence indonésienne de lutte contre les produits stupéfiants (BNN) qui s’est ridiculisé pour avoir proposé de construire une prison pour trafiquants de drogue sur une île gardée par des crocodiles, a dit vouloir y ajouter des piranhas et des tigres.

Pour étayer son idée de crocodiles qui semble sortie tout droit d’un film de James Bond, Budi Waseso avait expliqué que les reptiles, contrairement aux humains, ne cédaient pas aux tentatives de corruption de trafiquants cherchant à s’évader.

Moqué sur les réseaux sociaux

Il avait même dit qu’il se rendrait personnellement dans plusieurs régions de l’archipel pour rechercher les crocodiles les plus féroces destinés à garder l’établissement qu’il appelle de ses vœux, suscitant un flot de moqueries sur les réseaux sociaux.

Loin de se démonter, il a enfoncé le clou : « Il est également possible d’avoir recours à des piranhas et, étant donné que le personnel à la prison ne sera peut-être pas assez nombreux, nous pouvons aussi utiliser des tigres », a-t-il déclaré, cité par des médias locaux.

« Ce n’est pas une plaisanterie »

Un porte-parole de l’agence antidrogue, Slamet Pribadi, a confirmé ce vendredi cette proposition et répliqué aux déclarations mettant en doute le projet de Budi Waseso : « C’est sérieux, ce n’est pas une plaisanterie. Le trafic de drogue est un crime extraordinaire, c’est pourquoi la lutte doit aussi être extraordinaire », a-t-il déclaré à l’AFP.