MADONNA IVRE !

MADONNA IVRE !

SUR SCÈNE LA STAR NE SAIT PLUS QUOI FAIRE...

Il va falloir que ses petites histoires avec Rocco se règlent vite car sinon nous allons la perdre défi­ni­ti­ve­ment. En pleine bataille judi­ciaire pour récu­pé­rer la garde de son fils de 15 ans, pour l’ins­tant chez son père à Londres suite à une déci­sion de justice, Madonna est en roue libre. Arri­vée avec quatre heures de retard à Melbourne, en Austra­lie, pour un concert dans le cadre de son Rebel Heart Tour, elle a fait le show – et pas dans le bon sens du terme.

La chan­teuse de 57 ans est appa­rue sur scène vêtue d’un accou­tre­ment des plus étranges : perruque rose, mini haut-de-forme, collants rayés et porte-jarre­telles, elle ressem­blait à la fois à un clown, à Harley Quinn (la jokeuse dans Batman), et au Chape­lier Toqué d’Alice au Pays des Merveilles. Et la Madone ne s’est pas arrê­tée à ce dégui­se­ment (sur lequel elle fait une fixette, à en croire son profil Insta­gram).

Ainsi parée, elle a chanté, bour­rée – elle a demandé un cock­tail sur scène – de manière très approxi­ma­tive, et s’est mise à pleu­rer en parlant de son fils, à qui elle a dédié une chan­son pendant que sa photo s’af­fi­chait derrière elle sur un écran géant. Une manière de rester en contact avec Rocco, à qui elle avait déjà dédié La Vie en Rose lors de son concert à Auck­land. Appa­rem­ment, elle ne serait plus en contact « direct » avec lui, et sa fille Lourdes serait bien déci­dée à l’ai­der à remettre les choses dans l’ordre .

Outre sa tenue de clown, ses errances vocales dues à une vrai­sem­blable ivresse et ses laïus sur son fils, Mado s’est mise à annon­cer n’im­porte quoi : « Je ne gagne pas d’argent sur cette tour­née à cause de tous mes arrié­rés », a-t-elle balancé à ses fans. Mécon­tents de ce mauvais sketch digne d’un spec­tacle domi­ni­cal de camping, ceux-ci n’ont pas hésité à s’épan­cher sur les réseaux sociaux : « Madonna est bour­rée et chante faux », a tweeté l’un deux. Nous n’avons qu’une chose à dire : MADO, RESSAISIS-TOI !

Source : Voici